Culture alimentaire indienne : 9 plats incontournables pour goûter à l’Inde

Contenu de l'article
Culture alimentaire indienne
Photo par Liskinanora sur Envato Elements
Les liens sur le site web sont en affiliation avec Amazon Associates dans le monde entier et nous gagnons une petite commission pour les achats qualifiés.

L’influence de la culture alimentaire indienne sur la gastronomie mondiale est indéniable. Façonnée par la terre, le climat et les traditions culturelles, la cuisine indienne est appréciée dans le monde entier, mais elle est bien plus que des kormas à emporter et du poulet tandoori. La cuisine indienne fait partie intégrante du mode de vie indien, et nous sommes ici pour découvrir pourquoi.

L’Inde est souvent considérée comme un sous-continent de l’Asie, en raison de ses terres vastes et variées. Deuxième pays le plus peuplé du monde, l’Inde s’étend des sommets enneigés de l’Himalaya aux forêts tropicales du sud. Le répertoire culinaire indien reflète la diversité du pays, et la cuisine indienne authentique est imprégnée des traditions locales propres à chaque région.

Voyagez avec nous à travers l’Inde grâce à ces neuf plats nationaux distincts des sous-cuisines du pays. Votre plat à emporter préféré ne vous donnera peut-être pas un avant-goût de la véritable Inde, mais ces plats de base, eux, vous en donneront un. Alors, allons-y.

Masala Dosa, Karnataka

Culture alimentaire indienne
Photo par Stock Image Factory sur Envato Elements

Inutile de préciser que le riz est un aliment de base de la cuisine indienne et qu’il en va de même pour le roti. Mais qu’en est-il de la bien-aimée crêpe de riz qui marie les deux plats. Dosa, la crêpe croustillante et savoureuse, est un produit générique du sud de l’Inde, mais il n’en est pas de même pour le Dosa. masala dosa est particulièrement populaire dans la région côtière du Karnataka, d’où le snack est originaire.

Trouver un compagnon de voyage !

Vous cherchez une communauté d’aventuriers partageant les mêmes idées que vous pour partager vos expériences ? Rejoignez notre groupe Facebook pour les voyageurs et entrez en contact avec un réseau mondial d’explorateurs passionnés. Partagez vos histoires, laissez-vous inspirer et planifiez votre prochaine aventure avec nous.

Cette recette relativement simple exige que le riz fermenté et les lentilles soient trempés dans l’eau pendant cinq heures avant d’être préparés avec la pâte à crêpe traditionnelle. Celle-ci est ensuite cuite dans du ghee ou de l’huile végétale sur une poêle plate avec différentes garnitures, la plus populaire étant le curry de pommes de terre et d’oignons, accompagné d’une trempette au chutney.

La crêpe croustillante est un en-cas savoureux et un petit-déjeuner populaire dans le sud de l’Inde. Le processus de fermentation du riz augmente la teneur en vitamines B et C du masala dosa, ce qui en fait un repas nourrissant et rassasiant.

Rogan Josh, Cachemire

Culture alimentaire indienne
Photo par Iblinova sur Envato Elements

Vous trouverez peut-être ce curry d’agneau parfumé sur tous les menus à emporter de votre quartier, mais ses racines remontent à la cuisine persane, et le Rogan Josh fait désormais partie intégrante de la tradition culinaire des musulmans du Cachemire. Composé d’un mirage d’épices, de tomates, de gingembre et d’ail, ce curry est apprécié dans le monde entier et conserve son essence quelles que soient les variations régionales.

Le Rogan Josh fait partie d’une tradition culinaire cachemirie appelée « Wazwan », ou « atelier de cuisine », un repas de sept à 36 plats composé de mouton, de poulet, de fruits et de légumes. La préparation est considérée comme une forme d’art et est extrêmement respectée dans la région en tant que marqueur d’identité et de fierté patriotique.

Le curry est riche en beurre clarifié et se caractérise par la tendreté de l’agneau qui se détache de l’os. La recette combine également des épices aromatiques comme la cannelle, les clous de girofle, la cardamome et le paprika, ce qui donne au Rogan Josh une couleur rouge profonde.

Hyderabadi Biryani, Telangana

Culture alimentaire indienne
Photo par Debashis Kumar sur Envato Elements

Une autre tradition culinaire qui trouve ses racines dans la cuisine persane, biryani, a été introduit en Inde par la dynastie musulmane des Moghols qui a régné sur le nord de l’Inde du XVIe au XVIIIe siècle. Le biryani moderne est devenu un mélange de plats de riz épicé indien et de pilaf persan. Le biryani hyderabadi se distingue par ses méthodes de cuisson et ses ingrédients uniques.

Hyderabad est une grande ville du sud-est de l’Inde située sur les rives du fleuve Musi. Le plat régional biryani se distingue par ses arômes acidulés de citron, ses oignons frits croustillants et sucrés, et ses épices uniques qui le rendent caractéristiquement piquant. Le yaourt est également utilisé pour rendre le poulet ou l’agneau doux et tendre, et le safran donne au plat une apparence colorée.

Chaats, Mumbai

Chaats cuisine de rue
Photo par Stock Image Factory sur Envato Elements

En-cas salé de la rue, les chaats se déclinent en une grande variété allant de Pani puri, bhel puri, masala puri, et kachori, mais ils sont tous préparés à partir de la même base de riz soufflé, de pois, de légumes et d’épices. Chaat signifie « goûter » ou « lécher » en hindi, et ce biscuit de riz assaisonné est la nourriture de rue la plus appréciée à Mumbai.

Généralement servis comme hors-d’œuvre ou sur les étals de bord de route, ces épices aromatiques et ces sauces acidulées constituent une famille de plats de rue indiens emblématiques de la nation. Les chaats sont exotiques et explosent de saveurs salées et épicées. En Inde, ils sont considérés comme plus qu’un en-cas, mais comme un mode de vie. Ce plat plus appétissant, qui fait partie intégrante de la culture culinaire indienne, fait revenir tout le monde.

Makki Ki Rotie et Sarson Ka Saag, Pendjab

Culture alimentaire indienne
Photo par Stock Image Factory sur Envato Elements

Ce pain de farine de maïs, servi avec une sauce au curry à base de feuilles de moutarde, est un aliment de base de la région du Pendjab, mais on le trouve dans toute l’Asie du Sud-Est. Le roti lui-même aurait été créé en Afrique de l’Est et introduit en Inde il y a plus de 3 000 ans. Ce pain plat rond est devenu partie intégrante de la cuisine du sous-continent, et cette variante à base de farine de maïs est célèbre dans toute la région historique du nord-ouest de l’Inde.

Le vert foncé caractéristique du Sarson Ka Saag qui accompagne le Makki Ki Rotie dans tout le Pendjab ne semble pas aussi appétissant que les currys rouges et jaunes du sud. Mais ce mets hivernal crémeux et sautillant est nutritif et important, car il associe des feuilles de chou, des feuilles de moutarde, des épinards, du radis blanc, de la farine de pois chiche et du garam masala.

Tunde Ke Kebab, Uttar Predash

Tunde Ke Kebab
Photo par Laroshenko M sur Envato Elements

Cette brochette de viande hachée est originaire de Lucknow, la capitale de l’État de l’Uttar Pradesh, dans le nord de l’Inde, et elle est encore répandue dans l’Awadhi, où l’on croyait que vivait le dieu hindou Rama. Également connu sous le nom de viande de buffle GaloutiLe Tunde Ke Kebab est réputé pour ses épices et comprend traditionnellement 160 herbes et assaisonnements différents.

Haji Murad Ali, chef cuisinier de renom, a été le premier à proposer ce plat en 1905, et c’est à son créateur que Tunde Ke Kebab doit son nom. Murad Ali n’avait qu’un bras à la suite d’un accident de cerf-volant survenu lorsqu’il était enfant. Toute personne souffrant du handicap de Murad Ali était appelée « Tunde » dans la langue vernaculaire. Aussi, lorsque le chef a participé et remporté un concours visant à produire un kebab tendre pour le Nawab édenté d’Oudh, qui avait du mal à supporter la texture moelleuse des viandes traditionnelles, la recette a été baptisée en son honneur et en hommage à l’exploit qu’il avait accompli malgré son handicap.

Le secret de Murad Ali ? Une combinaison d’eau de rose et de pâte de papaye crue qui est encore utilisée aujourd’hui en Inde pour préparer les kebabs les plus tendres. Et, bien sûr, la liste interminable des épices associées à ce plat. Dans les variantes modernes, le buffle est remplacé par du poulet et du mouton, et le plat est accompagné de Romali Rotile pain plat fin du Pendjab. Visitez le restaurant emblématique Tunday Kebabi à Lucknow, ouvert par le chef primé lui-même, où le Tunde Kebab le plus authentique est toujours servi quotidiennement.

Vada Pav, Maharashtra

Culture alimentaire indienne
Photo par Stock Image Factory sur Envato Elements

L’Inde a la plus grande population végétarienne du monde, avec 40 % du pays qui adhère à des régimes alimentaires essentiellement à base de plantes. Il n’est donc pas surprenant que cela se reflète dans la culture culinaire indienne, ce plat de pommes de terre à double teneur en glucides étant un favori national dans le deuxième État le plus peuplé de l’Inde.

Le Vada Pav est une sorte de galette de pommes de terre infusée avec du piment, du paprika, de l’ail et de l’oignon et servie dans un petit pain ou un pain de campagne. pav. Les rues de Mumbai ne seraient pas les mêmes sans cet en-cas typiquement maharashtrien servi à chaque coin de rue. Le Vada Pav est depuis longtemps un plat de rue très apprécié pour ses qualités rassasiantes et peu coûteuses.

Ces galettes de pommes de terre sont faciles à préparer mais explosent de saveur et offrent un croquant satisfaisant lorsqu’elles sont frites à la perfection. Servir avec du chutney et des piments verts entiers pour une authentique cuisine de rue.

Dhokla, Gujarat

Gâteau Dhokla
Photo par Stock Image Factory sur Envato Elements

Situé sur les rives occidentales de la mer d’Arabie, le Gujarat est limitrophe du Rajasthan et est connu pour ses paysages désertiques, ses temples, ses plages et pour avoir été le lieu de résidence du Mahatma Gandhi. Parmi la myriade de plats végétariens de base originaires de cet État, le Dhokla est le chef de file.

Fabriquée à partir de riz fermenté et de pois chiches, cette pâte est cuite à la vapeur et agrémentée de graines de moutarde et de coriandre. Contrairement au Roti ou au Dosa, qui utilisent des ingrédients similaires, le Dhokla n’est pas un pain plat, mais une galette de riz dense et coupée en cubes. Le Khaman Dhokla est une variante plus légère de ce gâteau savoureux, composé uniquement de pois chiches fendus plutôt que de la pâte de riz-chana dal du Gujarati. Le Khaman Dhokla est originaire du Maharashtra, mais les deux éponges dorées cuites à la vapeur sont consommées dans toute l’Inde.

Khichari, Haryana

Culture alimentaire indienne
Photo par Stock Image Factory sur Envato Elements

Ce qui est largement connu sous le nom de kedgeree dans la cuisine fusion occidentale provient d’un mélange de lentilles épicées, de riz, d’oignons frits et de gingembre, connu sous le nom de « kedgeree ». khichari, remonte au XIVe siècle en Inde. Les premiers colons ont pris goût à ce riz copieux et épicé, et il a été introduit comme petit-déjeuner anglo-indien à la mode dans la Grande-Bretagne de l’époque victorienne. Mais le Khichari était également populaire auprès de l’empereur moghol Aurangzeb et est resté un aliment de base dans les régions rurales de l’Haryana et de Hyderabad pendant des siècles.

Le Khichari indien diffère des variantes britanniques à base de poisson et ornées d’œufs durs. Il est traditionnellement préparé dans les zones rurales à partir de millet perlé et de mung dal, qui sont pilés dans un mortier et consommés avec du ghee ou du lassi. Les musulmans d’Hyderabad mangent même le Khichari avec du bœuf haché et une sauce aigre au tamarin et au sésame, et il est également célébré comme un plat curatif ayurvédique.

Visitez le célèbre Indian Coffee House de Kolkata, où le Khichari classique est l’un des rares plats à figurer sur la carte. Ce grand restaurant de style cafétéria privilégie la nature sociable de la culture culinaire indienne avec des plats simples et une carte limitée de boissons chaudes de classe mondiale.

Quelle est la nourriture culturelle de l’Inde ?

Certains ingrédients sont à la base de la culture alimentaire indienne dans tout le pays. Il s’agit notamment du millet perlé, utilisé dans le Khichari dans les zones rurales, du riz servi avec les currys et fermenté pour les pâtes à roti, de la farine de blé entier utilisée dans la plupart des pains plats et d’une variété de lentilles qui composent le daal, les currys et le dhokla. Les lentilles sont utilisées entières ou fendues, et les lentilles rouges, les pois d’Angole et le gramme noir sont particulièrement populaires dans le sud. Le curry est également caractéristique de la cuisine indienne, riche en épices piquantes, notamment la cardamome, le curcuma, les piments séchés, la cannelle, le gingembre, la coriandre et le garam masala.

Pourquoi la nourriture est-elle si importante dans la culture indienne ?

Dans de nombreux foyers indiens, s’asseoir pour prendre un repas en famille est considéré comme l’une des activités les plus importantes de la journée. Les familles qui mangent ensemble sont réputées rester soudées, car les repas contribuent à maintenir des relations familiales saines. Les dîners sont propices à la discussion, au partage, à la création de liens et à la compréhension mutuelle, et le partage physique de la nourriture facilite ces échanges. C’est pourquoi les repas indiens décontractés ressemblent souvent à des banquets, avec de nombreux plats dans lesquels tout le monde mange plutôt que des assiettes personnelles.

Qu’est-ce qui fait la spécificité de la cuisine indienne ?

La nourriture indienne est typiquement épicée, nourrissante et pleine de saveurs. Un plat indien typique contient au moins sept ingrédients pour la nutrition, la variété et les propriétés curatives. Mais la myriade d’épices supplémentaires est infinie. La culture alimentaire indienne est également unique en raison du caractère partagé des repas autochtones. Les repas indiens comprennent de nombreux plats, y compris des petits-déjeuners et des déjeuners. Le cœur d’un repas indien est constitué de riz, de pain plat et d’un ragoût de lentilles (dal). Mais il y a aussi un curry végétarien, à la viande ou aux fruits de mer, selon le foyer, et plusieurs pickles et chutneys pour accompagner le tout.

Pourquoi la cuisine indienne est-elle si populaire ?

Si la cuisine indienne est si populaire, c’est parce que les indigènes ont perfectionné les combinaisons d’épices qui excitent le palais et font de chaque bouchée un plaisir. L’éventail étourdissant de plats parmi lesquels il est possible de choisir rend également la cuisine indienne infiniment aventureuse. La gastronomie du nord de l’Inde a évolué pour devenir si épicée parce que certains assaisonnements empêchent la détérioration des aliments dans les climats chauds où les bactéries se développent. Ces combinaisons d’épices, qui ne sont pas familières aux températures occidentales, restent exotiques, séduisantes et très éloignées des traditions culinaires occidentales. Pourtant, la cuisine indienne est plus mondialisée que les autres cuisines orientales en raison de la colonisation historique étendue du pays. L’histoire impériale de l’Inde joue un rôle important dans sa longue popularité en Occident.

Noter l\'article
Découvrir:   Activités d'aventure à Bali : 7 façons de faire le plein de sensations fortes
Randonnée en vacances

Suivez mes expériences sur mon blog de voyage, rendez vous sur la page d’accueil afin de voir les prochaines destinations de vacances.

avril 2024
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  
Retour en haut